top of page

Gestion du Stress et des émotions

"Il faut apprendre à rester serein au milieu de l'activité et être vibrant de vie au repos."

Gandhi

fleur jaune

Dans notre quotidien en perpétuel mouvement, il importe de s'accorder des temps de pause pour reprendre contact avec notre espace intérieur, se mettre à l'écoute de nos sensations, des messages que nous envoie notre corps.
Dans le cadre de la gestion du stress, la sophrologie peut vous aider à  répondre positivement au stress, à évacuer les symptômes douloureux et acquérir des techniques visant à  retrouver un état neutre ou agréable.

On va retrouver en sophrologie une synthèse des différentes méthodes de relaxation.

L'apprentissage de la relaxation, dont la maîtrise demande de l'entraînement, va permettre de diminuer les tensions musculaires, et d'apaiser l‘esprit.
Il ne s'agit pas dans le cadre d'une séance de sophrologie d'être dans une attitude «passive», en laissant son esprit vagabonder et son corps s'abandonner, mais au contraire, de maintenir l'esprit en éveil. Dans cet état de relaxation «active» la personne reste consciente de ce qu'elle éprouve, ressent, vit ...
Si le stress peut générer une somatisation «négative», la sophrologie vous aide à la combattre et à  développer en réponse une somatisation «positive».

Le sophrologue intervient en matière de gestion du stress dans la transmission d'une méthode. C'est l'apprentissage d'une nouvelle manière de vivre son corps, en développant et en s'appuyant sur des structures positives, sur «ce qui va bien chez nous», pour mieux gérer le stress.

Qu'est-ce que le stress?

Le stress est une réponse de notre organisme à une demande qui lui est faite. C'est un processus naturel d'adaptation face au changement.

Si la réaction de la personne est adaptée, il n'y a pas de symptôme. On parle alors de «bon stress» générateur d'action maîtrisée, et de stimulation positive.
C'est lorsque nous avons dépassé les facultés de régulations de notre organisme face au stress que nous en ressentons les effets néfastes. L'individu ne peut plus gérer la sollicitation extérieure et ses capacités d'adaptation sont alors débordées.
Chacun a sa propre façon de corporaliser le stress (tensions corporelles, spasmes, problèmes de sommeil, fatigue, anxiété, ...)

Mais l'individu a en lui la faculté de répondre positivement au stress, et accompagné par le sophrologue il apprend à développer ses capacités personnelles à faire face aux situations difficiles.

Comment la Sophrologie peut vous aider à combattre le stress ?

En utilisant la relaxation, la respiration, la mobilisation des mémoires du corps, la Sophrologie agit sur le corps et le mental pour évacuer les blocages en douceur.

Accompagné par le sophrologue, l'individu va prendre conscience des symptômes avant coureurs du stress. Ce rendre compte immédiatement de ce qui ne va pas est une façon de ne pas laisser empirer les choses.
Au cours de la pratique, les sensations positives vont prendre la place des tensions générées par le stress. Il s'agit alors de laisser parler les émotions positives, et d'écouter ce qu'elles expriment. Un nouvel état d'être, plus serein, harmonieux et conscient est intégré par la personne.

Nous avons pris l'habitude de porter attention à notre corps quand quelque chose ne va pas, pourquoi ne pas être à son écoute quand tout va bien?

La Sophrologie permet de mieux reconnaître son état intérieur et d'apporter une réponse saine et positive aux sollicitations extérieures.
L'impact émotionnel lié au stress est alors considérablement amorti.

C'est un outil de transformation progressive qui permet, à partir des efforts que chacun décide de faire, de conquérir une autre façon d'être au monde.

Si les symptômes sont très importants et invalidants, il est nécessaire de consulter un médecin, seul habilité à poser un diagnostic clinique.

Accompagnement à la maternité

Pour une grossesse épanouie et un accouchement serein !

femme enceinte dans la nature
4.png

Accompagnement de la grossesse en séance individuelle 

​La sophrologie permet la prise de conscience et la connaissance de soi. Elle est particulièrement adaptée à l’amélioration des conditions de l’accouchement.
Elle permet à la femme de vivre pleinement son accouchement et non plus de le subir.

La relaxation, les exercices respiratoires spécifiques et l'apprentissage de la maîtrise du souffle et du lâcher-prise permettent d’entrer en douceur dans un état entre veille et sommeil. C'est dans dans cet état sophroliminal que la femme apprend à visualiser certaines parties de son corps et à agir sur elles.

Mieux se connaître, se déstresser et atténuer les angoisses liées à la grossesse et à l’accouchement sont les objectifs du Module
​ "Accompagnement de la Grossesse" que je vous propose. 

La préparation par la sophrologie permet d'avoir conscience de son corps et de son bébé tout en évacuant le stress que peuvent engendrer la grossesse et les changements profonds qu'entraînent cette période.

La sophrologie permet de mieux réagir pendant les moments difficiles de la grossesse et de l’accouchement.

Les grossesses sont parfois épuisantes physiquement et émotionnellement. Votre corps change et les maux qui vont de paire avec la grossesse ne la rendent pas toujours facile à vivre.

Utiliser cette méthode permet d’augmenter les défenses immunitaires et la résistance aux maladies liées au stress tels que les nausées ou les vomissements.

En plus, vous pouvez refaire toute seule les exercices à la maison, dès que vous en ressentez le besoin.

La sophrologie aide la future maman à vivre pleinement sa grossesse en:

 

  • Apprenant à se relaxer,

  • Assimilant les techniques de respiration adaptées à la grossesse et à l'accouchement,

  • Sachant entrer en contact avec son corps et établir un lien privilégié avec son bébé,

  • Acceptant les modifications corporelles (mieux vivre les désagréments physiques de la grossesse),

  • Apprivoisant les peurs et les doutes naturels de cette période,

  • Préparant de façon positive son accouchement.


Quand commencer?
Dès le 4° mois (ou bien dès que vous en ressentirez le besoin!). Certaines femmes viennent consulter dès que le désir de grossesse est là.

A quel rythme?
En fonction des possibilités et des besoins de chacune.
Un 1° entretien permet d'établir ensemble la fréquence des séances.
Il est particulièrement conseillé de venir de façon plus rapprochée au cours du dernier mois de grossesse.

La préparation à l'accouchement par la Sophrologie vient en complément de la préparation dispensée par la sage femme et en aucun cas ne peut la remplacer.

Accompagnement à la maternité

Pour une grossesse épanouie et un accouchement serein !

femme enceinte dans la nature
4.png

Accompagnement de la grossesse en séance individuelle 

​La sophrologie permet la prise de conscience et la connaissance de soi. Elle est particulièrement adaptée à l’amélioration des conditions de l’accouchement.
Elle permet à la femme de vivre pleinement son accouchement et non plus de le subir.

La relaxation, les exercices respiratoires spécifiques et l'apprentissage de la maîtrise du souffle et du lâcher-prise permettent d’entrer en douceur dans un état entre veille et sommeil. C'est dans dans cet état sophroliminal que la femme apprend à visualiser certaines parties de son corps et à agir sur elles.

Mieux se connaître, se déstresser et atténuer les angoisses liées à la grossesse et à l’accouchement sont les objectifs du Module
​ "Accompagnement de la Grossesse" que je vous propose. 

La préparation par la sophrologie permet d'avoir conscience de son corps et de son bébé tout en évacuant le stress que peuvent engendrer la grossesse et les changements profonds qu'entraînent cette période.

La sophrologie permet de mieux réagir pendant les moments difficiles de la grossesse et de l’accouchement.

Les grossesses sont parfois épuisantes physiquement et émotionnellement. Votre corps change et les maux qui vont de paire avec la grossesse ne la rendent pas toujours facile à vivre.

Utiliser cette méthode permet d’augmenter les défenses immunitaires et la résistance aux maladies liées au stress tels que les nausées ou les vomissements.

En plus, vous pouvez refaire toute seule les exercices à la maison, dès que vous en ressentez le besoin.

La sophrologie aide la future maman à vivre pleinement sa grossesse en:

 

  • Apprenant à se relaxer,

  • Assimilant les techniques de respiration adaptées à la grossesse et à l'accouchement,

  • Sachant entrer en contact avec son corps et établir un lien privilégié avec son bébé,

  • Acceptant les modifications corporelles (mieux vivre les désagréments physiques de la grossesse),

  • Apprivoisant les peurs et les doutes naturels de cette période,

  • Préparant de façon positive son accouchement.


Quand commencer?
Dès le 4° mois (ou bien dès que vous en ressentirez le besoin!). Certaines femmes viennent consulter dès que le désir de grossesse est là.

A quel rythme?
En fonction des possibilités et des besoins de chacune.
Un 1° entretien permet d'établir ensemble la fréquence des séances.
Il est particulièrement conseillé de venir de façon plus rapprochée au cours du dernier mois de grossesse.

La préparation à l'accouchement par la Sophrologie vient en complément de la préparation dispensée par la sage femme et en aucun cas ne peut la remplacer.

Accompagnement des enfants

Pour des bambins sereins au quotidien !

Enfants dans la cour intérieure
Bonne petite fille

La sophrologie s’adresse aux enfants à partir
de 5 ans.
Pourquoi conduire son enfant chez un sophrologue?

 

  • problèmes de sommeil

  • angoisses, anxiété, agitation nerveuse, dissipation

  • problèmes de concentration

  • hyperactivité


Objectifs

  • apprendre à gérer ses angoisses, ses peurs, ses émotions, un changement de vie

  • la sophrologie favorise la présence à soi-même, le calme, la confiance en soi et la communication

  • la sophrologie peut améliorer les troubles
    psychosomatiques

Un savoir important qui permettra aux enfants d’acquérir des outils d’autonomie, des automatismes de détente et de lâcher-prise, qu’ils pourront réutiliser quand ils en ressentiront le besoin. Ils sauront alors qu'ils possèdent toute la faculté et le savoir pour recommencer les exercices quand ils le souhaitent chez eux. Les enfants sortent plus forts, plus attentifs et heureux de cet acquis précieux. Grâce à la sophrologie ils apprennent « à poser » le calme dans tout leur corps, ils savent respirer avec leur ventre, et peuvent aussi connaître les différentes parties de leur corps pour y repérer les tensions qu’ils ressentent et ainsi les gérer plus facilement.

L'objectif :
   .   Intégration du schéma corporel.

  • Apprendre à mieux se connaître.

  • Apprendre à se détendre.

  • Développer sa mémoire et sa concentration.

  • Renforcement de la confiance en soi et de ses capacités.

  • Se libérer de l'énervement. 

La séance commence  par quelques minutes d’apaisement. 
Le sophrologue enseigne à l'enfant des techniques respiratoires et des postures corporelles qui aident à se relaxer, à lâcher prise. 
Le sophrologue utilise un vocabulaire, compréhensible pour l'enfant, même petit. Les techniques s'appuient aussi sur l'imaginaire de l'enfant.
L'enfant apprend des techniques simples, de façon ludique et récréative. La sophrologie renforce l'attention et aide l'enfant à réduire les tensions.

La séance individuelle pour un enfant dure environ 30 à 45 minutes.
La première séance permet de se rencontrer et de faire le point sur le problème rencontré par l'enfant.

Lors de la 1ère séance, vous êtes présent avec votre enfant. Ensemble, nous évoquons les raisons pour lesquelles vous avez souhaité le rendez-vous.  Le but de la sophrologie n'est pas de chercher à établir qui a raison ou tort, mais son objectif est de permettre à l'enfant de s’épanouir, et retrouver un comportement plus apaisé tant pour lui que pour son entourage.

Gestion de la douleur

"Les maux du corps sont les mots de l'âme"...

mains
Plantes blanches

La douleur est un phénomène complexe, à la fois physiologique et psychologique.
Au-delà des symptômes liés à la maladie  existent des problèmes de vie non résolus. Le corps dit tout haut ce que l’être vit tout bas. La sophrologie, en complément de la médecine, laisse envisager  que le malade va pouvoir participer à son mieux être.  Un homme qui  ne choisit pas les valeurs de santé subit, cesse d’exister.

La souffrance est-elle synonyme d’une mauvaise santé ? La douleur est peut être le signe d’une bonne santé, réaction saine de l’organisme même si cela prend la forme d’une pathologie. La douleur est à la fois un but et un moyen de défense. Elle renseigne sur un danger. Elle est individuelle, c’est une expérience sensorielle, affective et cognitive.

La douleur est un phénomène personnel , il n’y a que la personne qui souffre, qui la vit de l’intérieur qui peut l’exprimer. Un aspect important de la douleur est l’effet de mémorisation. Toute douleur mémorisée a tendance à amplifier toutes douleurs suivantes. Plus on a de douleurs et plus on devient sensible à la douleur.

Partant du principe qu’un diagnostic précis a été clairement établi, qu’un traitement étiologique a été entrepris, c’est-à-dire que la cause a été traitée, la sophrologie  peut prendre en charge les fibromyalgies, les spondylarthrites ankylosantes, les polyarthrites rhumatoïdes, les céphalées qui sont douloureuses. La sophrologie n’élimine pas la douleur mais permet de  travailler sur sa perception. Il s’agit avant tout d’une gestion de la douleur  par des techniques appropriées. L’objectif est de la rendre supportable, d’y substituer des sensations de fraîcheur ou de chaleur, de s’appuyer sur l’historicité de la personne, son passé positif quand tout allait bien et d’envisager une projection dans l’avenir pour vivre l’amélioration.

En cancérologie, le sophrologue ne guérit pas le cancer. Le rôle des techniques de sophrologie  sera de faire accepter et de renforcer les traitements médicaux.
Aider les personnes à vivre et à supporter les chimiothérapies et radiothérapies avec le vécu des conséquences.
Vivre avec un cancer, c’est vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, il convient de diminuer cette épée et de renforcer la confiance, l’énergie, travailler sur l’avenir dans un redéploiement existentiel.

Pour ce qui concerne les actes chirurgicaux, le geste qui va guérir est ici extérieur au malade, il est réalisé  par quelqu’un d’autre. La préparation par la sophrologie aux opérations chirurgicales, aux interventions permet au malade d’établir la propre vivance de ce qu’il va vivre et de préparer ses tissus organiques à recevoir cette incursion en leur sein.

Au niveau pré-opératoire, en gérant l’angoisse qui s’installe insidieusement et peut gêner les soins infirmiers ou l’intervention elle-même par l’appréhension de l’acte chirurgical ou la peur de l’anesthésie. La préparation du patient permet de diminuer les doses d’anesthésies employées.

Au niveau post-opératoire, en évitant la morbidité, c’est-à-dire toutes les difficultés qui surviennent, on améliore la qualité de récupération. La morbidité n’est pas la mortalité, ce sont toutes les petites complications qui peuvent survenir après l’opération.

Le sophrologue va offrir, en plus à son patient, des choses différentes du savoir médical : sa réalité objective, ce qu’il est humainement. Il offre sa manière d’être, son ressenti corporel, son humanité, son attention à l’autre, ses capacités positives.

Le symptôme est l’occasion d’un intérêt pour soi. Le patient va avoir lui-même à se considérer en tant que personne malade, sans se séparer de sa maladie pour la voir à distance comme ne faisant pas partie de lui. “Votre symptôme disparaîtra lorsque votre corps sera prêt à l’abandonner”, disait Milton Erickson.

L’homme est à la recherche de sa réalité profonde, à la recherche de son unité et de son intégrité, à la recherche de son chemin de vie. Le malade, lui, sait confusément, dans son for intérieur, en venant consulter qu’il n’a d’intérêt, pour le moment, que pour le mal dont il souffre, il y a un sens caché à sa maladie : les médicament ne sont pas tout. Il a des problèmes de vie a résoudre en relation plus ou moins directe avec ce qui lui arrive et il devra trouver des solutions de vie, il vient chercher une aide temporaire, mais il veut trouver des solutions lui-même et en lui-même,  il cherche une méthode ou un moyen pour aller mieux.

La sophrologie  apprend au malade à gérer ses émotions, son stress, évacuer ses tensions, exprimer ses angoisses, ses capacités de guérison,  préserver son capital santé, développer ses propres valeurs de l’existence.


Sophrologie et maladie à douleur chronique :

La douleur crée des spasmes musculaires dans l'endroit concerné, spasmes qui renforcent la perception douloureuse.
La pratique de certains exercices de sophrologie permet de diminuer ces phénomènes grâce à plusieurs effets :
-Détente musculaire : diminution des spasmes et des tensions
-Respiration : meilleure oxygénation des cellules qui permet le passage en mode récupération
-Travail sur le schéma corporel qui aide à prendre conscience du fonctionnement hors zone malade permettant ainsi à la personne de ne plus se focaliser sur le symptôme donc de lui donner moins d'importance et en conséquence, de diminuer la douleur ; voire de transformer les sensations de douleur en modifiant les perceptions corporelles.

La pratique de la sophrologie quotidiennement permet également  :
-De lutter contre le découragement en invitant la personne à être actrice de sa prise en charge, ce qui lui permet de ne plus subir les soins mais de les accompagner
-D'aider mentalement à augmenter l'efficacité d'un traitement
-De diminuer le stress donc les phénomènes associés tels la tension, les pulsations cardiaques, le taux d'adrénaline, le mauvais sommeil, l'anxiété et l'angoisse
-D'augmenter la confiance en soi et le sentiment de sécurité.

La sophrologie aide ainsi à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de douleur chronique.
Dans tous les cas, la sophrologie permet aux malades de sortir de l'isolement créé par la douleur et la maladie.
Les bienfaits de la sophrologie sont d'autant accentués que les pratiquants s'entraînent quotidiennement seuls. C'est une pratique brève visant à l'autonomie des participants.

bottom of page